top of page

Cascades



Le torrent s’effondrait en cascades immenses,

S’ébrouait sur la roche, éclatait en embruns,

Écrasant sous son poids le fragile silence

De la nature et de son tout petit matin.


Au pied de ce géant vêtu de noir et blanc

Qui s’écoulait sans fin comme un grand sablier,

Une frêle silhouette mesurait le temps,

Ses sursauts tourmentés et ses instants volés.


Derrière un parapluie aux couleurs chatoyantes

Qui la prémunissait contre les gouttes folles,

La femme chuchotait aux cascades bruyantes


Des mots doux, des patiences et des consolations

Afin de transformer ce courant destructeur

En rivière sereine où chantent les poissons.

コメント


bottom of page